Actualités

Nous vous proposons ci-dessous un nouveau bilan hebdomadaire des marchés de la semaine passée. Bonne lecture.

EN TETE PPC 2 NEWSLETTER ACTU FINANCIERES

NUMERO 1 IMAGE SIB

Reconfinement et incertitudes sur le scrutin aux États-Unis plombent les marchés

La liste des pays ayant franchi le pas d’un reconfinement, partiel ou total, pour faire face à la deuxième vague de l’épidémie du Coronavirus, s’allonge en Europe. Cette nouvelle situation a insufflé un vent de frayeur sur les marchés après les angoisses vécues du mois de mars dernier.

Sans surprise, les grandes places boursières ont vu rouge, enregistrant la pire semaine depuis le 13 mars : - 8,6 % à Francfort, -7,0 % à Milan, - 4,8 % à Londres et - 6,4 % à Paris ... à la clôture de vendredi.

L'EuroStoxx 50, composé des plus grosses valeurs européennes, a perdu 7,5 % connaissant là aussi la plus forte chute depuis le printemps.

À Wall Street, les inquiétudes croissantes autour de l'élection présidentielle américaine de demain (3 novembre) se sont greffées à ce que les américains appellent déjà la "third wave"("troisième vague") avec l’appréhension d’une circulation plus large du virus, dans des zones rurales notamment faisant craindre un 3ème pic d’épidémie après ceux connus en avril et juillet. Les marchés ont largement réagi face à ces inquiétudes, ainsi, le Dow Jones a perdu presque 6,5% et le Nasdaq (à forte dominance technologique), près de 5,5%.

 

NUMERO 2 IMAGE SIB

Pourquoi la situation, de notre point de vue et toute raison gardée, est-elle différente et moins inquiétante que celle de mars ?

C’est historique, les marchés ont horreur de l’inconnu, et c’est bien ce qui différencie la situation actuelle de celle de mars dernier où nous découvrions un risque exogène que personne n’avait vu arriver et par conséquent n’y était pas préparé…

Rappelons nous que les marchés avaient perdu jusqu'à 20% de leur valeur en une semaine au pire moment de la crise de mars.

Cette fois il n’y a pas eu de ventes massives liées à une panique générale et le CAC 40 s’est même redressé en fin de semaine.

Christine Lagarde, présidente de La Banque Centrale Européenne (BCE), n’a pas caché le fait qu’elle pourrait à nouveau prendre des mesures complémentaires en décembre, des mesures qui servent d’airbag de sécurité aux marchés depuis mars.

Forts de ces enseignements, nous allons, comme nous l’avons fait lors de la forte correction du début d’année, proposer des opportunités d’investissements de convictions sur des secteurs ou des titres pouvant offrir un fort potentiel de rebond à moyen ou long terme. (1)

Néanmoins, il faut savoir raison garder car même avec un risque majeur provisoirement écarté, la prudence reste de mise à la veille du scrutin présidentiel américain.

 

NUMERO 3 IMAGE SIB

Point sur le fonds Panorama Patrimoine (1)

Dans ce contexte, l’allégement du risque au cours des dernières semaines a permis de protéger le portefeuille et ainsi de maintenir notre allocation inchangée.

La correction constatée sur les métaux précieux nous semble une opportunité de renforcer nos positions, ce que nous ferons au cours de la semaine.

Au 28/10, la performance 2020 (2) du fonds Panorama Patrimoine s’inscrit à -2,34%, tandis que l’exposition aux actions internationales est de 17,9% au 30/10.

Source : AMILTON AM au 02/11/2020

 - Rédigé par Vincent BARBIER, gérant Proximité Partenaires Conseils.

DISCLAIMER

(1) Avant de prendre toute décision d’investissement, l’investisseur doit comprendre parfaitement les risques et les avantages économiques, ainsi que les particularités et les conséquences juridiques, fiscales et comptables de la transaction, et vérifier que l’investissement est conforme à ses objectifs et qu’il est en mesure d’en assumer le risque

(2) Pour une information complète sur la stratégie du support et l’ensemble des frais et risques, nous vous remercions de prendre connaissance du DICI disponible en suivant les liens (survol sur le nom des fonds), et sur simple demande auprès de notre siège. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital

Les informations contenues dans cette newsletter sont arrêtées en date du 02/11/2020 et ne sont donc pas valables dans le temps.

Pour tout renseignement complémentaire, contactez un conseiller.

FORMULAIRE DE CONTACT